Recloses
Pays de Fontainebleau

Accès Reclosiots

Dernières annonces

Suivez-nous

Suivez-nous aussi sur

Facebook

frendeitptes

Un nouvel article en l'honneur d'Isabelle paru dans la république de Seine et Marne ce lundi 2 septembre.

Et quelques nouvelles infos....

DPMPQ LA REP 20190902 highquality Page 1 ef5a3

Télécharger l'article

Le 7 mars dernier, Isabelle et sa belle équipe ont eu droit à un très beau reportage sur France 2, dans l'émission "C'est au Programme" de Sophie Davant. A voir ou revoir sans modération !

intro video 12a6b

Emission diffusée le jeu. 07.03.19 à 10h19  et présenté par : Sophie Davant
Chroniqueuse : Anne-Marie Revol

En 30 ans, les petits villages de campagne ont perdu près d’un tiers de leurs commerces. C’est le cas de Recloses, petite commune de Seine-et-Marne qui a perdu son dernier magasin il y a 27 ans...

Pour redonner vie à son village, Isabelle Bielikof a décidé à 50 ans passés de se reconvertir pour ouvrir une boulangerie. Une idée qui a séduit les habitants et qui a donné un second souffle à sa vie ! Anne-Marie est allée à sa rencontre.

Merci beaucoup à Isabelle et à toute l’équipe de la boulangerie : 38 rue Grande, 77760 Recloses. Tél. 01 72 79 02 58 *Ouvert les lundis, mardis et vendredis de 11h à 13h et de 16h à 20h, le samedi de 8h30 à 13h et de 15h à 18h, le dimanche de 9h à 13h. 

Si vous souhaitez revoir l'émission, cliquez sur l'image

M6 meilleureboulangerie c1aff

Label entreprise du jour sur Europe 1: "Au cœur de la mie" à Recloses - le 05/03/2018

Isa Eur1

Tous les jours, Raphaëlle Duchemin frappe à la porte d'une PME, d'une TPE ou d'une start-up.

Invité(s) : Isabelle Bielikoff, fondatrice d'Au cœur de la mie (artisan boulanger)

Label entreprise est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour


Quand une boulangère fait revivre un village de Seine-et-Marne

Reportage FR3 video

Isabelle Bielikoff vient de recevoir le trophée Audace qui distingue des femmes créatices d'entreprises en Île-de-France.

 

Cela faisait deux décennies qu'il n'y avait plus de commerces et que le petit village de Recloses (Seine-et-Marne) perdait vie... L'une de ses habitantes, une ancienne cadre supérieure dans l'industrie pharmaceutique, s'est alors lancée dans un pari un peu fou. Après une longue maladie, Isabelle Bielikoff a repris le chemin des études, à l'école de boulangerie de Paris. Objectif : se former et ouvrir un commerce dans l'ancien bistrot du village de 750 habitants.

Sept mois après l'ouverture, sa boulangerie se porte bien : son chiffre d'affaires est deux fois plus élevé que prévu. Un pari réussi qui donne des idées : un regroupement de producteurs locaux devrait bientôt s'implanter à Recloses.

 

Recloses, lundi. Isabelle Bielikoff, fondatrice de la boulangerie artisanale « Au cœur de la mie », a reçu le prix de l’Audace, jeudi soir. LP/Sylvain DeleuzeInstallée depuis six mois au cœur de Recloses, Isabelle a reçu jeudi soir le prix de l’Audace, un concours régional dédié à l’entrepreneuriat des femmes en Ile-de-France.

Le Parisien 77 - 14 décembre 2017 - par Sylvain Deleuze (Photo LP/Sylvain Deleuze)

« De l’audace, j’en ai effectivement eu », rigole Isabelle Bielikoff, fondatrice de la boulangerie artisanale « Au cœur de la mie » à Recloses.

Jeudi soir, cette femme de 53 ans a reçu le trophée « Audace », l’un des six trophées de la 7e édition de « Créatrices d’avenir » dans un secteur non traditionnellement réservé aux femmes. Il a été décerné par Initiative Ile-de-France, premier réseau associatif francilien d’accompagnement, de financement et d’hébergement des entrepreneurs. « Il faut dire que je cumulais avec le fait de m’installer dans ce petit village », constate-t-elle.Trophee Audaces

« J’ai eu un grave cancer et durant deux ans je suis venue vivre dans notre maison de Recloses. Je ne supportais plus la ville, en l’occurrence Paris, raconte Isabelle, cadre supérieur dans l’industrie pharmaceutique. J’ai repris à mi-temps mais je n’en pouvais plus. Je voulais faire du bien autour de moi, vivre autrement. Je voulais aussi ramener de la vie au village. »

Une boulangerie en centre-ville lui paraît une bonne idée. Avant cela, elle reprend les études, à l’école de boulangerie de Paris, puis enchaîne les stages. « Je voulais faire de la qualité, pas de la quantité », explique-t-elle. Avec l’appui de son mari, elle rachète l’ancien bar abandonné, achète un four et se lance.

Très vite, les clients affluent. « Au départ, les habitants sont venus pour me soutenir. Maintenant, ils reviennent pour la qualité, constate cette patronne qui accueille un apprenti et bientôt un second alors que sa boulangerie n’est ouverte que depuis mai dernier. En six mois, j’ai atteint le chiffre d’affaires que je m’étais fixé au bout de trois ans. » Des travaux d’agrandissements sont déjà prévus.

Pain traditionnel, baguette bio, des viennoiseries et des pâtisseries spécifiques, le choix demeure restreint à dessein. « Je prends le temps de bien les faire, notamment pour les fermentations, détaille Isabelle. Je change souvent les emplacements des pains pour surprendre aussi. »

Et les clients semblent adorer. « On est venu de Buthiers spécialement, c’est le meilleur du coin », se réjouit un retraité, qui salive à l’idée de manger un pain aux fruits secs.

affiche noel

Notre site utilise des cookies (témoins de connexion) à des fins statistiques. Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données (General Data Protection Régulation) adopté par le Parlement européen le 14 avril 2016, et à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous devez accepter l'utilisation de ces cookies pour poursuivre votre navigation. Pour votre sécurité et respecter votre vie privée, nous ne collectons aucune donnée personnelle vous concernant en utilisant ces cookies. En savoir plus